Carrefour Agape

Nos croyances distinctives

Table des matières

Généralité
1) La nature humaine de Jésus
2) L’initiative de Dieu dans le salut
3) Il est plus facile d’être sauvé que d’être perdu
4) La justification par la foi véritable rend le pécheur obéissant à la loi de Dieu
5) La justification légale en Christ pour tous les hommes
6) La puissance de la croix
7) La nouvelle alliance est « l’Évangile éternel »
8) La purification du sanctuaire céleste
9) La victoire totale sur nos faiblesses
10) La repentance corporative de l’église

Généralité

Nous croyons que le temps est venu où Dieu désire préparer un peuple capable de marcher dans la victoire sur le péché dans la perspective de son proche retour.

Nous croyons que l’assemblée de la Session de la Conférence générale de 1888 à Minneapolis (États-Unis) marqua une étape importante dans notre compréhension de la doctrine de la justification par la foi.

Nous croyons que le salut est un don divin de la grâce de Dieu. Par la foi, nous acceptons que Dieu poursuive en nous son œuvre de rédemption. Par le Christ, nous sommes justifiés, adoptés comme fils et filles de Dieu, et délivrés de la domination du péché. Par l’Esprit, nous naissons de nouveau et nous sommes sanctifiés; l’Esprit régénère nos esprits, grave sa loi d’amour dans nos cœurs, et nous recevons la puissance nécessaire pour vivre une vie sainte. En laissant l’Esprit demeurer en nous, nous devenons participants de la nature divine, nous avons l’assurance du salut, maintenant et au jour du jugement.

1) La nature humaine de Jésus

Pour sauver et relever l’humanité perdue, Jésus a pris la nature de ceux qui sont tombés, c’est-à-dire la nature de l’homme après la chute d’Adam, affaiblie de milliers d’années de dégénérescence et c’est dans cette nature qu’Il a remporté la victoire sur le péché sans jamais pécher Lui-même. (Phi. 2:6-8, Rom. 8:3; Héb. 2:17)

Il a été rendu semblable aux hommes en tous points en endossant même nos faiblesses humaines. (Héb. 5:2)

En faisant cela, il a pu être tenté en tous points comme nous sommes tentés, sans commettre de péché, afin de démontrer une parfaite justice dans une chair pécheresse. (Héb. 4:15)

Tout en se refusant volontairement l’utilisation de ses attributs divins (omniscience, omnipotence et omniprésence) afin de revêtir notre forme humaine dans sa faiblesse, Jésus n’a jamais cessé d’être Dieu et pouvait en tout temps reprendre ses attributs et sa forme divine, toutefois il ne l’a jamais fait. (Col. 2:9)

La justice du Christ n’était pas inhérente à sa nature humaine, mais existait par la foi. Il eut à renoncer à sa propre volonté en vue de suivre celle de son Père, car sa volonté humaine faisait obstacle à la volonté de Dieu. (Mat. 26:39; Jean 5:30)

Sa vie victorieuse sur le péché est un exemple de ce que Dieu peut réaliser en chaque humain. (2 Cor. 5:21)

Depuis son incarnation, Jésus accepte pour toujours d’endosser notre nature humaine. Même au ciel, par un choix volontaire quotidien, Jésus s’humilie à se limiter dans notre nature pour l’éternité. (Daniel 7:13)

2) L’initiative de Dieu dans le salut

Dieu est le bon berger, Il prend l’initiative de nous ramener à Lui. Il est continuellement à la recherche de ses brebis perdues. (Luc 15:4-5; Gen. 3:8-9)

Le salut ne dépend pas de notre recherche de Dieu, mais de se laisser approcher par Lui, car l’amour (agapè) de Dieu est un amour actif et non passif. Toutefois, notre destin final dépendra toujours de notre volonté de Le suivre. (Rom. 10:20)

Le sacrifice du Christ est effectif pour tout le monde, de sorte que la seule raison pour quiconque d’être perdu est le choix délibéré de résister à son appel en méprisant la bonté de Dieu. (Rom. 2:4)

Pour ceux qui hériteront le paradis, ce sera grâce à l’initiative de Dieu, mais pour ceux qui hériteront la géhenne ce sera eux qui auront pris l’initiative de s’éloigner de l’attraction salvatrice de Dieu, conséquence de leur incrédulité.

3) Il est plus facile d’être sauvé que d’être perdu

L’Évangile est une bonne nouvelle!

La foi authentique entraîne une soumission totale et le don de notre volonté à Dieu. Lorsqu’un être humain s’abandonne dans l’amour de Dieu, il reçoit la force, la joie et la paix; ses énergies se renouvellent et la victoire lui est assurée. (Ésaïe 40:31)

Dans cet abandon, le coeur est attiré vers les choses célestes et le chrétien chemine avec Dieu par Sa force. (Mat. 11:28-30; Col. 1:29)

C’est notre résistance à cette force d’attraction de l’amour de Dieu qui nous épuise et rend pénible notre marche dans le salut. (Act. 26:14)

Un coeur non converti trouvera plus difficile d’être chrétien, alors qu’un coeur soumis trouvera plus facile de vivre avec Dieu que de vivre sans Lui, et cela même dans la persécution. (Rom. 5:20-21, 1 Pi. 4:14)

Quand l’être humain apprécie l’amour de Dieu, il s’ensuit qu’il lui est plus facile de faire le bien que de faire le mal.

4) La justification par la foi véritable rend le pécheur obéissant à la loi de Dieu

La foi véritable engendre une réponse positive du pécheur dans l’appréciation sincère de cet amour (agapè) de Dieu exprimé par son fils Jésus-Christ à la croix. (Rom. 10:10)

L’amour (agape) de Dieu est un élément propulseur dans l’exercice de la foi qui s’exprime par une obéissance parfaite aux directives de Dieu. (2 Cor 5:14-15; Jean 14:23)

Cette obéissance est motivée non par la peur d’être perdu ou l’espoir d’une récompense, mais par l’appréciation de l’amour incommensurable de Dieu. (Jean 14:15; 1 Jean 4:18)

Le but ultime du chrétien devient le don de sa vie à Christ pour le salut de ses semblables, sans égard à la récompense de la vie éternelle. (1 Jean 3:16; Rom. 9:3; Exo. 32:32)

Par la foi, le chrétien accepte l’initiative de Dieu, qui est le seul qui peut transformer son cœur qui a été touché par son amour (agape).

La justification par la foi est réellement plus qu’une déclaration d’absolution légale, elle a le pouvoir de changer le coeur par la puissance du Saint-Esprit.

Il s’ensuit que la vraie justification par la foi rend le croyant obéissant à tous les commandements de Dieu, incluant le sabbat du 7e jour et les lois de la santé. (Jac. 2:14, 17-19)

5) La justification légale en Christ pour tous les hommes

L’incarnation, la vie, la mort et la résurrection de Christ ont réconcilié le monde avec Dieu. (Rom. 5:18; 1 Jean 2:2)

C’est une grâce prodiguée en dehors de la volonté de l’homme, fondée sur l’oeuvre accomplie de Christ qui a un impact à salut sur la nature humaine. (Jean 19:30; Rom. 5:15-16)

Cette justification légale s’étend à tous les hommes. Nous sommes maintenant tous libérés de l’esclavage du péché et littéralement sauvés de la destruction. Toute personne doit sa vie actuelle à Jésus-Christ, qu’elle y croit ou non. (2 Cor. 5:19; 1 Tim. 4:10)

Comme en Adam, toute l’humanité a reçu la condamnation; de la même manière en Jésus-Christ toute l’humanité a reçu le pardon.

La « bonne nouvelle » du salut est la proclamation de ce qui est déjà un fait accompli. Ce n’est pas une simple « provision » qui attend l’initiative du pécheur de faire le premier pas de l’accepter.

Dieu nous a déjà adoptés dans sa famille en Jésus-Christ. Il nous invite à y demeurer. (Eph. 1:4-5)

Il ne faut pas confondre le salut qui est une réalité présente pour tous les hommes, acquis en Jésus-Christ et la promesse de la vie éternelle dans le paradis terrestre qui est une réalité future conditionnelle à nos choix personnels.

6) La puissance de la croix

Jésus a souffert énormément sur la croix et il est mort de la seconde mort, rejeté par Son père. Il est mort comme nous devions tous mourir. (1 Pi. 2:24; Gal. 3:13; Esa. 53:4; Esa. 53:10; Apo. 21:8; Apo. 20:14-15)

À son incarnation, Dieu a uni toute l’humanité en Christ de la même manière que toute l’humanité est un en Adam. Par cet acte, Jésus s’est fait le père de l’humanité, ainsi Il est devenu le nouvel Adam. (1 Cor. 15:45)

En faisant mourir Jésus à la croix, Dieu a aussi fait mourir de la seconde mort toute l’humanité avec Lui, effaçant ainsi notre condamnation en Adam. (2 Cor. 5:14-15; Rom. 6:5; Gal. 2:20)

De plus, en ressuscitant Jésus d’entre les morts, Dieu a aussi ressuscité l’humanité avec Lui, nous redonnant ainsi la vie éternelle qu’Adam avait perdu. (Col. 2:13; 1 Cor. 15:21-22)

L’amour du Christ nous a si fortement étreints qu’il nous a tous portés avec Lui dans sa mort et sa résurrection de sorte que nous vivons tous par Lui pour la vie éternelle. Toutefois, notre destin final dépendra toujours de notre volonté de poursuivre notre route avec Lui. (2 Cor. 5:14-15)

Nous n’avons donc rien à nous glorifier, sinon de la croix de Christ. (Gal. 6:14)

7) La nouvelle alliance est « l’Évangile éternel »

L’alliance de Dieu avec les hommes a toujours été la même depuis Adam. Cette alliance est éternelle et ne changera jamais. (Gen. 17:7)

Malheureusement, son alliance éternelle a été altérée par une incompréhension. Le peuple d’Israël, sous l’inspiration de ses dirigeants et malgré les appels incessants des prophètes, a perdu le sens de cette alliance et en a fait un moyen de salut par les oeuvres. (Exo. 24:3)

Notre salut ne dépend pas du fait que l’on respecte ou non nos promesses faites à Dieu, mais il dépend de notre foi en la promesse qu’Il nous a faite en Christ de nous rendre à son image. (Jér. 31:33, Gen. 3:15)

L’Ancienne Alliance est une fausse conception de l’engagement de l’homme envers Dieu. Elle est basée sur la promesse de l’homme. Elle représente un système de salut par les œuvres qui existe depuis l’entrée du péché dans l’humanité, motivée par un intérêt égocentrique de gagner la vie éternelle.

La Nouvelle Alliance est la bonne conception de l’engagement de l’homme envers Dieu. Elle est basée sur la promesse de Dieu. Elle représente un système de salut par la foi dans les mérites de Christ qui œuvre à salut, motivée par le désir de glorifier et d’honorer Christ en vue du salut du monde. Elle fut établie avec Adam depuis Genèse 3:15.

L’Ancienne et la Nouvelle Alliance ne sont pas une question d’époque, mais de motivation. Même aujourd’hui, plusieurs vivent sous l’Ancienne Alliance parce que leurs motivations sont centrées sur eux-mêmes.

Le Seigneur écrit sa loi dans le cœur du croyant de telle manière qu’il aime obéir à Dieu. Ceci produit une nouvelle motivation basée sur l’agapè qui transcende la peur d’être perdu ou l’espoir d’une récompense. (Gal. 5:18; Psa. 40:9)

8) La purification du sanctuaire céleste

Aujourd’hui, Jésus est au ciel dans son ministère de purification du sanctuaire. Cette œuvre de purification atteindra le cœur de tous les vrais adorateurs. (Php. 2:15)

Par la foi, Il désire que nous entrions avec Lui dans le lieu très saint et devenions participants de son plan de purification de nos cœurs à son image. (1 Cor. 6:19)

L’œuvre de la purification du sanctuaire aboutira à un effacement définitif de tous nos péchés repentis. À ce moment, la victoire sur le péché sera totale et le caractère du Christ se reflétera à travers chaque fidèle. (Eph. 5:27)

Cette purification atteindra une telle efficacité que nous serons comme si nous n’avions jamais péché à l’image parfaite de Jésus-Christ.

Quand cette œuvre sera complétée, les élus seront scellés et le retour de Jésus sera imminent. (Apo. 14:4-5)

9) La victoire totale sur nos faiblesses

L’Évangile a la puissance de donner à chaque être humain la victoire sur tous ses péchés. (Eph. 4:13)

Chaque tentation et défaut de caractère peuvent en tout temps être surmontés grâce au Saint-Esprit. (1 Cor. 10:13)

Christ attend que son Église atteigne la maturité parfaite qui est la perfection du caractère exprimée par les œuvres justes des saints. (2 Cor. 11:2; Col. 1:22; Apo. 19:7-8)

Ce qui caractérisera le peuple de Dieu à la fin, c’est qu’il garde les commandements de Dieu et ce, seulement parce qu’il garde la foi de Jésus. (Apo. 14:12)

Nous pouvons hâter son retour par notre contribution à la préparation de son épouse aux noces de l’agneau. (Apo. 19:7-8; 2 Pi. 3:12-14)

10) La repentance corporative de l’église

Nous faisons partie de l’Église au temps de la fin et Dieu nous bénit dans tous les domaines. Toutefois, le témoin fidèle et véritable nous révèle que nous sommes misérables, pauvres, aveugles et nus. Notre autosuffisance et notre propre justice nous aveuglent. Nous nous sommes éloignés de Dieu et une repentance corporative serait salutaire. (Apo. 3:17-19)

En refusant d’accepter le message du 3e ange livré à la session de Minneapolis en 1888, l’Église adventiste du septième jour, en session de la Conférence générale, a commis un grand péché. Elle devrait maintenant se repentir et répondre à l’appel de Dieu en acceptant la lumière de Sa vérité exprimée dans la justification par le sang de Christ et la sanctification par la puissance purificatrice de l’Esprit-Saint.

En suivant l’exemple de l’amour du Christ envers son prochain, le chrétien s’identifie profondément aux péchés de ses frères et ressent le poids des conséquences désastreuses dans l’Église. Il en est impacté d’une manière telle qu’il porte lui-même le poids de ce péché. (Dan. 9:4-5; Rom. 5:14)

Motivée par l’amour, une telle identification le conduit à demander pardon pour les péchés de ses frères. Son témoignage appellera aussi les rebelles à la repentance et à une vie nouvelle en Christ.

Plus cet esprit d’identification se fait sentir au sein de l’Église, plus intensément sera expérimenté le déversement de l’Esprit de Dieu.

Cette repentance collective apportera un réveil et une réforme qui purifiera l’Église de Dieu au temps de la fin. (Jonas 3:5-10)

Ceux qui sont touchés par cette repentance feront partie du reste fidèle après le criblage au temps de la fin.

Translate »